19

Depuis le 1é janvier 2007, les règles sont claires : « Pour participer à un CAI le meneur doit, endéans les 12 mois précédents l’inscription nominative du concours, avoir accompli 3 épreuves de dressage avec moins de 65 points de pénalité sur un total de 160 pendant un CAN 1 – 2 ou CAI ».

Ces règles ont été édictées par la Commission Nationale dans le but, louable, de n’envoyer sur les concours internationaux que les meneurs ayant déjà un niveau minimal en compétition.

A l’époque, cette règle a fait grincer quelques dents et plusieurs candidats se sont vus refuser leur inscription en CAI jusqu’à ce qu’ils satisfassent à ces nouvelles exigences.

Entretemps, cette règle a été quelque peu assouplie puisque, de 3 épreuves, ce nombre est passé – dans les faits – à 2.

Pourtant, à la lecture des résultats du CAI de Lisieux qui se déroulait ce week-end, les plus attentifs n’auront pas manqué de remarquer la participation, en catégorie 4 traits, de Jan Toye, meneur inconnu sur les terrains de concours. Et pour cause : Monsieur Toye n’a participé à aucun CAN depuis au moins 2006 !

Impossible donc qu’il satisfasse d’une quelconque façon aux critères énoncés ci-dessus ! Dès lors, pourquoi sa candidature a-t-elle été acceptée ? La commission était-elle en possession d’informations lui permettant de croire que Monsieur Toye méritait sa qualification ? On peut en douter au vu des piètres résultats de l’interressé à Lisieux (81,19 en dressage) !

Au delà du sentiment d’injustice que pourraient éprouver certains meneurs face à cette politique du « deux poids deux mesures »,  la commission n’a sans doute pas mesuré toutes les conséquences de sa décision.

Elle ouvre dès à présent la porte à la contestation en ayant créé ce que l’on appelle en langage juridique « un précédent ».

Nous avons posé la question séparément à un avocat et à un magistrat : « Qu’en serait-il si, se basant sur ce précédent, un meneur contestait en Justice la décision de la Commission de lui interdire une participation en Inter ? »

L’un et l’autre estiment que ce meneur aurait d’excellentes chances de se voir donner gain de cause, l’attitude de la commission ayant – de facto- abrogé la souveraineté de cette règle !

Michel PIROTTE

Publié dans : Compétition, Juridique
Actions: E-mail | Permalien | Imprimer | Commentaires (1) |Cet article a été lu 6197 fois | RSS comment feed

Commentaires

# Gege
lundi 19 octobre 2009 02:18
A la lecture de cet article, une seule question me vient a l'esprit.
Quel-est encore la raison d'etre de la comission nationale et du reglement entier ?

Publier un commentaire

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires. Veuillez vous identifier en cliquant sur "connexion" en haut à droite
Catégories
Compétition (4533 articles)
Vidéos (682 articles)
Information générale (426 articles)
Loisir (390 articles)
Juniors (274 articles)
Matériel (23 articles)
Vétérinaire (36 articles)
Divers (71 articles)
Tradition (42 articles)
Chevaux de trait (199 articles)
Communiqué officiel (196 articles)
Le cheval au travail (7 articles)
Academy (31 articles)
Juridique (13 articles)
Publier un article

Vous désirez publier un article sur le site ? Rien de plus simple !

Vous devez d'abord vous identifier (cliquez sur le lien "identification" en haut à droite de la page. Si vous n'êtes pas encore inscrits sur le site, cliquez sur le lien "inscription".
L'inscription est GRATUITE et immédiate.

Il vous suffit ensuite de cliquer sur le lien "créer un article" qui apparaît au dessus de la liste des titres et de suivre les instructions qui apparaîtront à l'écran. Si vous n'arrivez pas à sauver votre article, la raison est très simple : vous avez oublié de remplir un champs obligatoire. Celui-ci sera indiqué en rouge sur le formulaire.

Une fois votre article vérifié par un des modérateur, il apparaîtra sur le site.

A vos claviers